Nenna vs Gesualdo

Une joute musicale dans l'aristocratie napolitaine

 Au tournant des XVI et XVII siècles, alors qu’au nord de l’Italie s’inventent la seconda pratica , la monodie et l’opéra, au sud, et principalement à Naples, une école singulière de compositeurs élargit les possibilités expressives du contrepoint renaissant et continue de développer la forme polyphonique du madrigal.

 

La majeure partie de ces compositeurs ne sont pas des musiciens de profession mais des aristocrates. Les cours princières deviennent des académies d’avant-garde où les nobles, dont la liberté conférée par leur statut social leur permet les plus folles excentricités, entreprennent de véritables joutes artistiques à travers les madrigaux.

 

La plus féconde de ces compétitions opposa Pomponio Nenna, chevalier de l’ordre de l’Éperon d’or, et Carlo Gesualdo, prince de Venosa. Nenna et Gesualdo, sans doute amis lorsque le premier vivait à la cour du second, composèrent de nombreux madrigaux sur des poésies identiques, témoignage de cette joute. Dans leurs oeuvres maniéristes, ils cultivent l’inouï, l’étonnant, l’expressif, au service d’une poésie, dont les choix sont proprement méridionaux, où la souffrance et la douleur côtoient l’amour et la joie, où la mort exprime la tragédie comme l’extase amoureuse.

illustration : Pierre Mornet

 

À l’aube du XVII siècle, cette pratique du madrigal, auparavant réservée aux compositeurs nobles, se répandit à travers toute la vie musicale napolitaine par l’intermédiaire de nombreuses éditions. C’est ainsi que le vieux maître franco-flamand Jean de Macque, un temps au service de la famille du prince de Venosa, publia à la fin de sa vie deux livres de madrigaux, fort différents de ses précédents, dont le style prend racine dans celui modelé à la cour de Gesualdo et dans les cénacles aristocratiques. 

 

Parfois présentés par paire (une même poésie mise en musique par deux compositeurs différents), les madrigaux de ce programme sont interprétés dans différents effectifs historiques : a cappella, voix et luth, clavecin.

 

PROGRAMME
Pomponio Nenna (1556-1608)

Carlo Gesualdo (1566-1613)
Giovanni de Macque (1550-1614)

Madrigaux à 4 et 5 voix

EFFECTIF
6 chanteurs solistes, 1 luth, 1 clavecin, 1 chef

 

Télécharger la fiche complète du programme.
LPF - Nenna-Gesualdo-Macque - programme.[...]
Document Adobe Acrobat [211.1 KB]
Louis Castelain © Marco Borggreve

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Le Parnasse français